Les violences conjugales

  • par

Qu'est-ce qui est sous-entendu par "violence conjugale" ?

La loi protège contre les violences physiques et aussi les violences morales. Par conséquent toutes les formes de violence sont reconnues par la loi : 

  • violence physique (frapper, pousser, bousculer, gifler…)
  • violences morales (insultes, injures, menaces, manipulations, intimidations…),
  • violences économiques (confiscation des moyens de paiement, contrôle des dépenses…)
  • violences administratives (rétention des documents d’identité comme les passports…)

A cela s’ajoute les viols car le viol est reconnu même dans un couple. Si vous n’avez pas envie et que l’autre l’impose c’est du viol.
Vous avez le droit de dire « Non! ».

Les chiffres clés

Les chiffres sont stables au niveau du nombre de personnes mortes en moyenne 120-130 femmes, 20hommes et 20-30 enfants. A cela s’ajoute : 

  • toutes les conjointes (conjoints) qui finissent handicapées moralement et / ou physiquement.
  • les victimes indirectes qui sont souvent les enfants qui gardent souvent les séquelles toute leur vie.

Toutes les couches sociales sont concernées

Les étapes à suivre pour sortir des violences conjugales

Etape 1 : Vous n'êtes pas coupable !

J’insiste bien là-dessus parce-que j’ai quasi systématiquement ce message en séance. « Il me frappait, normal, c’était de ma faute. » « Je ne faisais pas ce qu’il fallait. » « Il essayait de me faire comprendre des choses. » 

Si il ou elle vous frappe, c’est clair, c’est net, il ou elle n’a pas le droit ! Que ce soit le conjoint (conjointe) actuel ou l’ex.

Avant d’aller plus loin vous devez absolument avoir conscience que vous êtes la victime et pas le ou la coupable !

Ce n’est pas forcément facile car il y a souvent la pression économique, la pression des enfants et parfois la pression de l’entourage mais il est important de faire cette démarche dans votre tête. Tout simplement pour être sûr d’aller jusqu’au bout.

Cas particulier des manipulateurs et manipulatrices. Ce type de profil psychologie créé une grande emprise sur le conjoint. Dans le cas du couple, il est courant que la conjointe vive un enfer, alors que les amis, les collègues, la famille perçoivent l’homme comme le plus merveilleux des maries. Je vous invite à aller sur mon autre page pour en savoir plus sur ce type de personne.

Etape 2 : Trouvez du soutien

Une fois que vous êtes convaincues que vous êtes la victime, demandez de l’aide à des personnes de confiance. Elles pourront vous apporter un soutien. Si vous n’avez personne sous la main, appelez moi et prenez rendez-vous pour un motif quelconque. Je vous accompagnerai gratuitement. 

Etape 3 : Faites constater les traces de violences physiques.

Pour les violences physiques, allez rapidement voir votre médecin, les urgences pour qu’ils puissent constater et enregistrer officiellement les blessures. Demandez un document qui s’appelle ITT (Incapacité Temporaire de Travail). Il vous sera très utile, conservez le précieusement. Vous pouvez aussi prendre des photos.

Etape 4 : Recueillez toutes les preuves de violences morales, économiques, administratives...

Pour les autres violences, autres que physiques, si vous pouvez apporter des preuves lors du dépôt de plainte c’est encore mieux alors recueillez tout ce qui peut être utile. Enregistrez les discussions avec votre téléphone portable tout simplement. Prenez en photo tout ce qui peut servir de preuve. Pensez aussi aux SMS, les messages sur le répondeur…

Etape 5 : Portez plainte à la police ou la gendarmerie.

Deux règles importantes :

  • Ils n’ont pas le droit de refuser votre plainte.
  • Vous pouvez allez où vous voulez même si ce n’est pas à côté de chez vous.
 
Ce qui est bien, maintenant, c’est que l’arsenal juridique s’est beaucoup enrichi au sujet des violences conjugales. L’un des points essentiels c’est que la personne violent peut avoir comme obligation : 
  • de ne pas approcher la victime
  • d’être obligé d’aller se faire soigner
  • d’être mis en détention provisoire.
 
D’autres protections supplémentaires s’offrent à vous pour les connaître contacter une assistante social ou l’association femme 41 au 06 37 57 86 00. Vous pouvez aussi contacter Le Centre National d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CNIDFF) pour vous accompagner sur le plan juridique.

Etape 6 : Prévoir un hébergement

Demandez à votre entourage de vous héberger. Ca permet de prendre de se libérer de son agresseur et de prendre un peu de souffle.

Etape 7 : La reconstruction

Voilà l’étape à ne pas négliger car les maltraitances, au-delà des blessures physiques, ont forcément affecté votre moral, votre confiance et donc votre santé. Il est donc important de travailler sur ce passé douloureux pour le digérer et pouvoir poursuivre votre futur sereinement.

C’est à ce moment-là que je pourrais vous aider.

L’hypnose thérapeutique est un outil vraiment puissant pour vous aider à vous reconstruire.

Reste aussi qu’à se moment avoir la famille et ses amis à ses côtés est aussi très important.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *